Le Conseil en Energie Partagé

CEP

Depuis 2012, une vingtaine de communes du territoire bénéficient d’une analyse précise de leur patrimoine et du suivi de leurs consommations énergétiques.

Le Conseil en Energie Partagé est un service aux communes et intercommunalités afin d’assurer une optimisation de l’utilisation de l’énergie sur leur patrimoine et leurs équipements.
Le conseil en énergie partagé intervient pour :

  • Informer, sensibiliser et vulgariser la thématique « énergie » auprès des élus et agents, gestionnaires et utilisateurs du patrimoine consommateur,
  • Suivre et optimiser les consommations du patrimoine public,
  • Planifier et programmer des actions de "maîtrise de la demande en énergie ",
  • Agir sur la performance énergétique des bâtiments, principaux consommateurs mais à fort potentiel d’amélioration.

Le Conseil en Energie Partagé est un accompagnement dans le temps des communes pour toutes leurs démarches touchant à la gestion des consommations d’énergie. Il ne se limite pas à la réalisation d’un diagnostic énergétique : il propose un suivi des consommations et un accompagnement pour la mise en œuvre des préconisations identifiées. Il peut également mettre en place des actions auprès du public fréquentant les équipements publics.
Le Conseil en Energie Partagé s’adresse en grande majorité aux communes de moins de 10 000 habitants, qui disposent de peu de moyens humains et de compétences en matière d’énergie. Le terme de « partagé » met en évidence la logique de mutualisation du service qui peut difficilement se rentabiliser sur une seule commune.

Retour d'expérience d'une action CEP : l'extinction de l'éclairage public une partie de la Nuit

Campagne de températures CEP

La démonstration par l’exemple

A partir du constat dressé par le Conseiller en Energie Partagé sur cette vingtaine de communes, des actions similaires ont été proposées à l’ensemble des communes du territoire. Cette organisation génère de fortes économies d’énergie et financières pour un investissement réduit.

Extinction nocturne de l’éclairage public

Si l’éclairage public permet d’apporter un réel service aux usagers et habitants d’une commune, il n’est pas nécessaire de le maintenir durant toute la nuit. Ainsi, une dizaine de communes pratiquent l’extinction nocturne de l’éclairage public qui est coupé dès 23h ou minuit pour être rallumé entre 5 et 6 h du matin. En période estivale, certaines communes ne le rallument pas.
Les économies sont importantes (près de 40 % pour les finances et 50 % pour l’énergie) pour un investissement réduit. Une horloge astronomique suffit pour gérer cette coupure.

Cette extinction s’accompagne bien souvent de la mise en place de dispositifs réfléchissants (éclairage passif des voies et éléments routiers) avec les aides mobilisées par le Pôle Territorial. Catadioptres, bandes réfléchissantes, passages piétons rétro réfléchissants, panneaux de signalétique aux entrées des villages… autant d’éléments qui renforcent la communication et la sécurité autour de cette action.

Visite des chaufferies

Le Conseiller en Energie Partagé, aux côtés de l’agent technique ou d’un élu, visite chaque hiver les chaufferies les plus importantes afin d’en vérifier l’état.
Les bâtiments publics peuvent d’une année sur l’autre connaitre des temps d’occupation et des usages différents. Il est donc important de vérifier chaque année si les programmations et régulations des chauffages sont adaptées aux usagers et aux périodes d’occupation.
Les surprises ont été nombreuses au démarrage de ces investigations. Par exemple,  des bâtiments sont chauffés 7 jours sur 7 sans tenir compte de l’occupation ou des périodes jour/nuit. Des écoles restent chauffées pendant les vacances scolaires etc.
Ces visites permettent d’effectuer quelques petites piqûres de rappel efficaces et de bon sens.

Contrôle des conditions tarifaires

Là encore, l’action est simple et sans investissement. Il s’agit d’optimiser son abonnement tarifaire. La puissance souscrite correspond-elle bien aux besoins ? Tire-t-on profit des heures creuses et heures pleines? Est-on bien averti des jours rouges pour les contrats EJP (Effacement des Jours de Pointe) ?
De nombreuses communes ont procédé à des rénovations complètes ou partielles de certains bâtiments. Souvent les contrats électricité ou gaz souscrits ne sont plus adaptés. Un simple coup de fil à son fournisseur permet de générer plusieurs centaines d’euros d’économies par an. Pour les bâtiments complexes, le Conseiller en Energie Partagé mesure la courbe de charge, pose un diagnostic et propose des ajustements.

 

Bilan du dispositif (période 2013 - 2016)

En 2016, le patrimoine de l'ensemble des communes CEP a consommé 11 GWh d'énergie pour une dépense de 1,3 M€. Ce patrimoine a émis l'équivalent de 1 742 tonnes .eq. CO2 dans l'atmosphère. Le patrimoine bati constitue le premier poste de consommation avec près de 70 % des consommations énergétiques totales des communes, puis l'éclairage public avec 26 % et l'eau (assainissement et alimentation en eau potable) avec 4%.
La consommation électrique constitue la première source d'énergie de ce patrimoine (57% des consommations totales) puis le gaz naturel (23%) et le fioul (8%).
Entre 2013 et 2016, les consommations ont diminué de 19% (en corrigeant les consommations du patrimoine bâti en fonction de la rigueur climatique), soit 93 MWh d'économisés et 161000 euros de dépenses en moins.